inCOPruptibles

L'ONG qui place les responsables devant leurs actes

Logo inCOPruptibles

Un principe moral supérieur

Avec la COP21, la communauté internationale s’accorde enfin sur la nécessité de contenir le réchauffement climatique au dessous de 2 °C. Le respect des objectifs de la COP21 doit devenir un principe moral supérieur.

Pallier l’impuissance des États

Depuis le sommet de Rio en 1992, les gouvernements font preuve d’une complète duplicité : aux grandes déclarations succèdent des politiques publiques qui aggravent la situation.

Non à la résignation !

Selon l’ONU, si rien n’est fait, il y aura 250 millions de réfugiés climatiques à l’horizon 2050. Se résigner, c’est être complice de la destruction de notre civilisation.

Désigner les coupables

Les coupables ne sont pas ceux qui sont dépendants de l’énergie fossile mais ceux qui fournissent les doses quotidiennes et incitent à la surconsommation. Pour réformer les coupables, il faut dénoncer le caractère immoral des projets contraires à la COP21.

Agir sur les personnes, pas les institutions

Les principes moraux s’appliquent aux personnes, pas aux institutions. La responsabilité morale est individuelle.

Pourquoi eux ?

Parce qu’ils dirigent, administrent ou contrôlent une entreprise ou une collectivité publique qui se livre à des activités ou engage des projets manifestement contraires au respect des objectifs de la COP21, par exemple :

  1. L’extraction d’énergies fossiles dans de nouveaux gisements, au delà de ceux déjà en cours d’exploitation en 2016 (année de signature de la COP21)
  2. La construction de nouvelles infrastructures de transport, de distribution ou de transformation de l’énergie fossile
  3. La mise en œuvre de procédés industriels ou de services conduisant à augmenter les émissions de gaz à effet de serre
  4. La construction d’infrastructures collectives (transport, commerce, loisir, services publics…) dont l’usage induirait directement ou indirectement une augmentation de la consommation d’énergie fossile
  5. La construction de logements ou bureaux n’utilisant pas les meilleures technologies existantes en termes d’efficacité énergétique
  6. L’absence de plan de conversion à une économie décarbonée, pour les entreprises et collectivités qui tirent l’essentiel de leurs revenus des émissions de gaz à effet de serre, cette conversion se faisant par réinvestissement de tous les profits dans les technologies décarbonées
  7. L’investissement dans des institutions ou le commerce avec des institutions se livrant à des activités ou engageant des projets manifestement contraires aux objectifs de la COP21

Mobiliser les citoyens

Nous souhaitons susciter et soutenir les envies de s’engager dans des campagnes courtes ciblant un dirigeant, sur un projet précis et avec un objectif réaliste. Notre fonctionnement repose sur une approche collaborative et décentralisée, soutenue par une plate-forme Internet qui fédère moyens financiers, expertises et relais médiatiques. Les campagnes que nous soutenons sont validées de façon collégiale.

Un rôle pour chacun

Notre regroupement propose à chacun de s’engager selon ses moyens : activiste, lanceur d’alerte, sponsor, expert, influenceur…

Agir avec force, mais sans violence

La méthode ? Des tactiques non-violentes, ciblant les actes et la réputation professionnelle du dirigeant, par le happening, la dérision, les arts de la rue.

Un objectif atteignable

Campagne après campagne, fédérer les décideurs de bonne volonté autour d’une charte pour la mise en œuvre de la COP21, les engageant à respecter les sept principes suivants :

  1. Sanctuariser 80% du carbone sous terre, donc ne pas mettre en exploitation de nouveaux gisement d’énergie fossile, au delà de ceux existant en 2016 (année de signature de la COP21).
  2. Bannir la construction de nouvelles infrastructures de transport, de distribution ou de transformation de l’énergie fossile.
  3. Mettre en œuvre uniquement des procédés industriels ou des services dont l’effet net est une réduction des émissions de gaz à effet de serre.
  4. Développer des infrastructures collectives (transport, commerce, loisir, services publics…) qui contribuent directement et indirectement à réduire les émissions de gaz à effet de serre.
  5. Promouvoir la construction de logements et de bureaux utilisant les meilleures technologies existantes en termes d’efficacité énergétique.
  6. Suivre un plan de conversion à une économie décarbonée pour les activités tirant l’essentiel de leurs revenus des émissions de gaz à effet de serre, en réinvestissant l’intégralité des profits dans les technologies décarbonées.
  7. Investir dans et faire du commerce avec essentiellement des institutions qui respectent cette charte.

Pour toute information, ou si vous souhaitez nous rejoindre : contact@incopruptibles.org